La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

ACTUALITÉ 

Activités

CONFÉRENCES

 

Conférence : Le 24 avril à 13h30

Endroit : Chalet du Parc Armand-Bombardier au 12 535, boulevard Armand-Bombardier, Montréal, H1E 1H9

Conférencière : Mme Kathleen Durocher

Sujet : Pour sortir les allumettières de l’ombre 

Qui étaient les allumettières de la E. B. Eddy de Hull? De jeunes femmes exploitées ou des militantes syndicales engagées?

De 1854 à 1928, ces ouvrières chargées de fabriquer 90 % des allumettes du pays ont exercé un métier éreintant et extrêmement dangereux en raison des risques d’incendie et des produits chimiques toxiques qu’elles manipulaient. Faute de reconnaissance, leur travail ne leur rapporte que quelques sous par semaine qui permet aux familles de ces jeunes ouvrières de survivre au jour le jour. Après des décennies d’exploitations, elles se mobilisèrent et déclenchèrent le tout premier conflit syndical féminin au Québec.

Cette conférence explore la fascinante histoire de cette main-d’œuvre anonyme. Leur travail comme leur quotidien sont au cœur de ce récit, exposant leur rôle au sein de la classe ouvrière, leurs fonctions dans la manufacture, les dangers de l’emploi et leur activisme syndical.

Durée environ 1h15 et sera suivi d’une période de questions d’environ 30 minutes

Biographie : Kathleen Durocher est détentrice d’un baccalauréat et d’une maîtrise en histoire de l’Université d’Ottawa. Lors de ses études à la maîtrise, elle s’est principalement intéressée à la condition des classes ouvrières hulloises, à la place des femmes dans celles-ci ainsi qu’à l’activisme féminin. Elle a publié le résultat de ses recherches : Pour sortir les allumettières de l’ombre : les ouvrières de la manufacture E.B. Eddy de Hull (1854-1928).

 

 Présentation en collaboration avec la Maison de la Culture de Rivière-des-Prairies  

dans le cadre de la série Les Mercredis de la Société

  

 

 PARCOURS PATRIMONIAL DE RIVIÈRE-DES-PRAIRIES PAR AUDIOGUIDE

 

La SHRDP a franchi un pas important en mettant en ligne l’audioguide du Parcours patrimonial. Il est fonctionnel pour les gens qui le font à pied ou à vélo à l'aide d'un téléphone cellulaire via l’application : https://izi.travel

Pour les personnes à mobilité réduite qui ne souhaitent pas se déplacer ou qui demeurent ailleurs dans le monde, il est également accessible au https://izi.travel/fr/fa5b-parcours-patrimonial-de-riviere-des-prairies/fr

Le début du parcours se situe au parc Ernest-Rouleau en biais avec la Maison Émeryl-Pépin où l'on retrouve deux autres panneaux, soit ceux de l'hôpital Rivière-des-Prairies (Mont-Providence) et du CÉGEP Marie-Victorin. 

 Veuillez noter que le boulevard Gouin est à sens unique vers l’EST.

La direction du parcours est d'OUEST en EST.

 Le parcours comprend  trois secteurs :

  1. L'OUEST commence au parc Ernest -Rouleau situé à  l'EST de la rue Ozias-Leduc et va jusqu'à la 66e Avenue.  Il comprend 11 panneaux incluant le parc du Moulin-du-Rapide. 
  2. Le CENTRE ou le Village va de la 66e Avenue jusqu’à l’ancien hôtel Foyer Inn, aujourd’hui disparu. Il était  situé approximativement sur le terrain correspondant aux numéros civiques 10280-10300 Gouin est. Nous y retrouvons 14 panneaux dont la majorité est située dans le cœur du village.  
  3. L'EST s’étend de l’ancien hôtel Foyer Inn et se termine au monument de la bataille de la rivière des Prairies  situé près du sentier menant au parc de l'île Haynes. Il comprend 11 panneaux ainsi que le monument.

Le parcours se déploie sur une distance 12,2 km.

Faites profiter vos parents et amis de l’histoire et de l’architecture d’une partie de Rivière-des-Prairies en diffusant le lien de l'audioguide.

Merci de l’intérêt  que vous portez à l’histoire de notre beau coin de pays.

  

Découverte de vestiges à Rivière-des-Prairies

Des fouilles archéologiques ont été effectuées à Rivière-des-Prairies à l’extrémité est du boulevard Gouin, dans le parc-nature de la Pointe-aux-Prairies, entre les maisons Christin-dit-St-Amour et Bleau. C’est la firme Archéotec qui, à la demande d’Hydro-Québec, a mis au jour les vestiges de deux maisons datant du 18e siècle.

La SHRDP souhaite que les vestiges  soient protégés et mis en valeur. 

Les vestiges ont été protégés et enterrés pour en assurer leur conservation.